Opération précédente Opération suivante


Beaussiet (Mazerolles, Landes)

Protohistoire (Âge du Bronze moyen), Antiquité (Haut Empire)
Responsable d'opération : Arnaud Coutelas (ArkeMine)

Détails

L’opération de fouille archéologique préventive dite « Beaussiet » s’est déroulée à Mazerolles (40), sur une petite éminence dominant la plaine du Midou en rive gauche. Ce secteur est en quelque sorte stratégique puisqu’il semble marquer une frontière dans l’occupation du sol durant l’Antiquité, entre une zone au sud marquée par un réseau de villae et une zone au nord caractérisée par une rareté et un isolement apparent des établissements ruraux.

L’opération de diagnostic archéologique réalisée au printemps 2015 par l’Inrap dans l’emprise du bassin de stockage d’eaux géothermiques de Beaussiet a révélé une trame continue d’indices archéologiques dont la chronologie s’étend du Néolithique final à la période contemporaine, avec deux phases prépondérantes : le Bronze moyen (faciès médocain) et une période allant de la Tène finale au Haut Empire.

L’opération d’archéologie préventive, prescrite par le Service Régional de l’Archéologie de la région Nouvelle-Aquitaine, a été réalisée par le groupement temporaire d’opérateurs ArkeMine / Paléotime. Elle a porté sur une emprise totale de 22 320 m².

La séquence stratigraphique de Mazerolles est relativement homogène sur l'ensemble de l'emprise de fouille et ce malgré de nombreuses altérations post-dépositionnelles. Le site est traversé par un paléo-talweg d'orientation sud-est/nord-ouest. La partie nord du site présente un fort pendage vers le sud et la partie sud un pendage plus doux vers le nord. Le comblement de ce paléo-talweg est antérieur aux occupations anthropiques. Par ailleurs il est affecté par des phénomènes périglaciaires de type fente de gel ou coin de glace. Le sommet de la séquence, qui est observable sur l'ensemble du site, correspond à un comblement par colluvions successives contenant entre autre une partie du mobilier attribué à l'Âge du Bronze. Ces colluvions supportent deux paléosols (UPS 6 et 3) dans lesquelles s'ouvrent les structures en creux. Ces occupations sont contemporaines de la présence de mares situées au niveau de la légère dépression formée par le paléo-talweg.

Les vestiges attribuables à l’Âge du Bronze se concentrent essentiellement au sud-ouest de l’emprise. Un premier décapage a souligné une concentration de mobilier à la base de l’UPS 6, déjà appréhendée lors du diagnostic archéologique. Le gisement d’approximativement 250 m² est très homogène. Il se compose en majorité de restes céramiques caractéristiques de l’Âge du Bronze moyen médocain et de quelques éléments lithiques. Après une fouille fine en carroyage, le redécapage de la zone a laissé apparaitre plusieurs structures en creux de type fosse, mais il a surtout mis en évidence une faible tranchée décrivant un espace quadrangulaire d’environ 100 m² en cohérence avec la concentration de mobilier. Cette dernière a livré peu de mobilier mais certains sondages dans sa partie sud-est, partie la mieux conservée, montrent des poches de sable légèrement brun-noir (charbonneux ?) témoignant peut-être de la présence ancienne de poteaux ou de piquets. Si, dans les Landes, on connaît plusieurs sites de l’Âge du Bronze ancien-moyen, ils se manifestent essentiellement sous la forme de concentrations de mobilier sans structure associée. Il s’agit donc à Mazerolles de la mise au jour de l’une des rares structures identifiées pour le faciès médocain et son étude annonce en ce sens un apport majeur pour la période dans cette région.

Deux enclos d’époque romaine ont aussi été identifiés, correspondant à deux établissements ruraux d’environ 4 800 et 2 000 m². Ils sont séparés d’environ 80 m. Ils ont livré de nombreux indices d’occupation (trous de poteaux, fragments de torchis…). L’enclos le plus important, à l’est sur le versant nord, a révélé de très nombreuses concentrations de structures dont certaines dessinent d’ores et déjà des bâtiments sur quatre ou six poteaux (étude en cours). Quelques structures foyères ont aussi été découvertes. L’une d’elles a connu deux états de sole avec tout d’abord un niveau de « dalles » de garluche puis une sole de terre crue. Le mobilier, dans ce secteur, renvoie prioritairement à la transition Tène finale / Augustéen.